affiche rencontres des tiers lieux

Tiers-lieu : presque comme à la maison ! Exemple avec Supercoop

Qu’est-ce qu’un tiers-lieu ? Qu’y fait-on ? Pourquoi s’y rendre ? Supercoop est-il un tiers-lieu ? Cet article répond à toutes ces questions… et bien d’autres encore ! En piste !

Par Clémence Félix Jamet

Qu’est-ce qu’un tiers-lieu ?

Vous avez sans doute déjà croisé ce mot, sans savoir précisément à quoi il fait référence. Commençons donc par un petit détour linguistique !

L’origine du terme

Le mot « tiers-lieu » est une traduction de l’anglais Third Place. Cette expression est issue de la pensée de Ray Oldenburg, un philosophe américain. Avec ce concept imaginé dès 1989, il désigne les endroits entre le domicile et le travail.

L’objectif du tiers-lieu

Le tiers-lieu est premièrement un espace, porteur d’un projet. Ce dernier se révèle social, entrepreneurial, économique, culturel, écologique… De ce fait, le tiers-lieu promeut la proximité et la mutualisation. Il développe le « faire ensemble ». Il retisse donc des liens entre les habitant·e·s d’un quartier, ou entre les gens de façon plus générale.

La réalité

Les tiers-lieux sont le plus fréquemment des endroits hybrides. Ils peuvent ainsi contenir plusieurs projets ou, avec un même projet, s’engager dans différents domaines. Ils participent au développement économique territorial ainsi qu’à l’activation des ressources. Par conséquent, ils instaurent des écosystèmes locaux.

Le tiers-lieu : un endroit créatif
Les tiers-lieux sont propices à la création

Concrètement, chaque tiers-lieu est unique. Son fonctionnement, ses financements, ses membres lui sont propres. Néanmoins, de nombreux points communs unissent ces initiatives.

  • Premièrement, elles favorisent la créativité et l’émancipation.
  • Secondement, elles promeuvent l’engagement.
  • Troisièmement, elles facilitent le collectif et la coopération.
  • Quatrièmement, elles stimulent les interactions sociales et les rencontres informelles.
  • Cinquièmement, leur autonomie financière repose le plus souvent sur diverses sources de revenus.

Enfin, ce sont des mines de ressources. Par la mise en réseau qui s’effectue naturellement en leur sein, elles deviennent des endroits de création et d’innovation grâce à l’impromptu des rencontres.

Leur plus grand point commun est sans doute qu’il est difficile de résumer les tiers-lieux ! Elles sont si riches que les réduire à un seul aspect serait les dénaturer.

En témoigne leur impressionnante polymorphie : fablab, coworking, atelier partagé, campus connecté, fablab, garage solidaire, microfolie, social place, épicerie, makerspace, friche culturelle, maison de services au public…

L’ambition des tiers-lieux est de créer un environnement chaleureux et convivial, disposant de tous les équipements nécessaires ou utiles pour une tâche définie. Il s’agit donc d’un espace possédant des caractéristiques propres à la maison et au travail, sans être ni l’une, ni l’autre !

Les caractéristiques

Ainsi, si chaque tiers-lieux est singulier, chacun partage, à sa façon, les caractéristiques suivantes :

  • l’entreprenariat, utilisant des ressources et/ou comblant des besoins locaux
  • l’expérimentation de modèles économiques
  • l’hybridation : l’évolutivité et l’agilité du lieu crée de meilleures conditions d’émergence de projets novateurs
  • la mixité et la libre contribution : l’identité du tiers-lieux se constitue des multiples personnes qui s’y impliquent. En d’autres termes, son devenir dépend intimement d’elles

Bref : le tiers-lieux est bien un troisième espace, composite, qui partage l’esprit de la maison et du travail et réinvente le fameux « monde d’après ».

L’évolution en France

L’engouement

D’une part, les tiers-lieux témoignent de l’appropriation des transformations sociétales. Cela concerne tant la transition numérique que les changements d’habitudes de travail (notamment depuis la crise de Covid-19 qui a accéléré le recours au télétravail). La redécouverte et la revalorisation de l’artisanat s’y ajoutent, ainsi que les mutations liées à l’écologie. Cela implique par exemple la relocalisation et le réinvestissement des entreprises de petite taille.

D’autre part, ces espaces répondent à des besoins. Cela s’observe notamment dans les territoires ruraux et dans les petites villes, où se situent plus de la moitié des tiers-lieux de France. La désindustrialisation et le recul des services publics ont mis à mal ces régions. Les tiers-lieux leur permettent de recouvrer des leviers et des moyens d’actions. L’esprit des anciennes coopératives de producteurs et productrices renaît dans les tiers-lieux nourriciers. Celui des coopératives d’artisans et d’artisanes repousse dans les manufactures de proximité.

Ainsi, l’accroissement du nombre de tiers-lieux est le résultat de l’aspiration à fonctionner différemment que jusqu’alors, l’envie d’inverser une tendance. L’invention ou la remise au goût du jour de certains modes de consommation, de production, de travail le prouvent. On y observe l’alliage de trois niveaux : le plan individuel, le collectif et l’intérêt général. Ces trois aspects s’alimentent mutuellement pour aller vers plus d’émancipation et de collaboration, et d’une manière qui profite à toutes et tous.

Tiers-lieux : l’avenir !

L’expansion des tiers-lieux a avant tout été métropolitaine. Puis elle s’est étirée sur d’autres territoires, comme la ruralité et les petites villes. Elle a également touché les quartiers de banlieues.

Cette augmentation se chiffre. En France, en 2018, on en comptait environ 1800. Ensuite, en 2021, les tiers-lieux dépassaient les 2500. Enfin, d’ici 2023, l’association France tiers-lieux en prévoit entre 3500 et 4000.

L’emballement se justifie par les dynamiques précieuses que les tiers-lieux insufflent aux territoires où ils s’implantent. Cela explique le soutien croissant des Régions (la Nouvelle-Aquitaine est notablement en avance !), mais aussi de l’Etat. Ce dernier leur a en effet consacré une partie du plan Relance.

Contrat des tiers lieux
Le contrat des tiers-lieux, entre l’individu, le collectif et l’intérêt général (source : https://coop.tierslieux.net)

Une institutionnalisation progressive

Les tiers-lieux se professionnalisent peu à peu et deviennent des acteurs incontournables de la société actuelle. A ce titre, leurs représentants et représentantes s’organisent en structures afin de faire valoir leurs droits et leur travail. Par exemple, le Conseil National des Tiers-lieux devient un interlocuteur des pouvoirs publics. Il représente provisoirement la filière et dialogue avec les instances gouvernementales.

De plus, les 17, 18 et 19 octobre 2022 se tiendra pour la première fois une rencontre nationale des tiers-lieux. C’est au tiers-lieu Bliida de Metz que ce grand réseau se réunira pour échanger, s’inspirer, débattre, trouver des façons d’agir pour répondre aux enjeux sociétaux.

Qui se rend dans les tiers-lieux ?

Les visiteurs et visiteuses s’avèrent aussi divers que les tiers-lieux où ils et elles se rendent. En effet, les tiers-lieux proposant des activités extrêmement différentes, on ne s’y rend pas avec les mêmes objectifs.

On y retrouve des travailleurs et travailleuses, des personnes profitant de l’inclusion sociale, des services liés au numérique… En 2019, ce ne sont pas moins de 150 000 personnes qui ont œuvré tous les jours un tiers-lieu. Quant à celles qui ont pris part à un projet ou une activité qui s’y développait, elles étaient 2 millions. Enfin, 4 millions se sont intéressées à des activités culturelles proposées dans tiers-lieu.

Les visiteurs et visiteuses sont aussi co-constructeurs et co-constructrices de l’endroit. Ainsi, à la naissance de ce dernier, les habitant·e·s et possibles futur·e·s usager·ère·s se réunissent. Cette ébauche de communauté façonne aussi le tiers-lieu. Il y a donc un ajustement constant entre les membres et le projet.

Les tiers-lieux à Bordeaux et Bègles

A Bordeaux, on ne présente plus le célèbre Darwin ! L’ancienne friche militaire est devenue au fil des ans le deuxième site touristique de la ville.

Les tiers lieux de Bègles
Les tiers-lieux béglais

A Bègles, les tiers-lieux n’ont peut-être pas (encore) eu un tel retentissement. Néanmoins, nos espaces alternatifs innovants se développent ! Les connaissez-vous tous ?

  • La Boucle
  • Le Jardin Ephémère
  • Le Fablab Ben
  • La Zone à Partager (ZAP)
  • Solevent
  • Et bien sûr… Supercoop, le supermarché qui change tout !

Vous voulez en savoir plus ? Venez donc nous voir en magasin ou rendez-vous à l’une de nos réunions d’information ! Vous pouvez également continuer à parcourir notre blog !

Sources :

https://www.cohesion-territoires.gouv.fr/tiers-lieux
https://www.ouest-france.fr/economie/entretien-notre-serie-d-ete-les-tiers-lieux-ces-endroits-qui-reenchantent-la-france-b6a55852-f330-11ec-956e-944022618b7e
https://francetierslieux.fr
https://coop.tierslieux.net/tiers-lieux/typologies-definition

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.