Roseline

Un engagement citoyen actif : Roseline, membre du cercle factures

Vous voulez vous engager pour un monde meilleur ? Vous avez peur de n’avoir pas le temps ? Avec Roseline, découvrez comment concilier emploi du temps rempli et engagement citoyen à Supercoop !

La découverte de Supercoop

En 2015, Roseline visionne le documentaire « Demain », réalisé par Cyril Dion et Mélanie Laurent. De là, une flamme s’est embrasée, trop ardente pour être ignorée. Roseline veut s’engager, comme elle peut.

L’initiation

En recherchant sur le web, elle trouve plusieurs façons de concrétiser sa décision près de chez elle. Elle choisit Supercoop, en raison de son aspect collectif. Faire ses courses est incontournable du quotidien, en consommant plus responsable, c’est un premier pas pour changer le monde !

À ce moment, Supercoop se situe Place du 14 Juillet, à Bègles. Roseline trouve le magasin un peu petit, mais ne s’inquiète pas : il a pour but de s’agrandir. Il lui suffit d’être patiente. D’autant plus que c’est justement en y venant faire ses courses qu’elle l’aidera à se développer !

« Je suis quelqu’un qui a envie de s’engager dans la société et d’avoir un rôle citoyen, actif, arrêter l’ultralibéralisme dont on est victime. Il suffit de donner un peu de son temps et d’y croire pour que ça change. Et ce de manière pacifique. »

Roseline, coopératrice

Les premières courses

Roseline commence donc à faire ses courses… et constate qu’elle va devoir changer sa façon de consommer. Supercoop est empli de produits qu’elle ne connaît pas ! Par exemple : le beurre d’amandes. Comment diable cela peut-il bien s’utiliser ?

En échangeant avec les coopérateurs et coopératrices, Roseline déniche des idées de recettes, découvre des utilisations possibles. Ainsi, dès le départ, elle ressent la grande convivialité de la coopérative.

Une adaptation progressive

Petit à petit, Roseline apprivoise l’offre de Supercoop. Elle (ré)apprend à cuisiner, à faire sa lessive elle-même, s’initie au vrac… Elle apprivoise même tant et si bien l’offre que ses enfants en font un sujet de plaisanterie. Lorsqu’aux repas, elle précise quels produits proviennent de la coopérative, iels rient : « Laisse-nous deviner, ça vient de Supercoop ? » (en mangeant de bon cœur !).

Les nouveaux produits
Les découvertes de Roseline à Supercoop

Les premiers services

Roseline prend rapidement le rythme du magasin. Dès le début, elle s’enrôle beaucoup en tant que caissière. Il n’y a alors pas de salarié·e dédié·e aux factures. En revanche, il existe les Super-caissier·ère·s. La nouvelle arrivante a rapidement rejoint cette équipe en raison de ses affinités avec la mission.

En tant que Super-caissière, elle devient référente pour les encaissements. Elle est autant que possible présente au moment soit de l’ouverture soit de la fermeture de caisse. L’objectif est notamment d’aider pour la gestion des espèces.

Le parcours au sein de la coopérative

En 2018, le cercle dédié à la gestion des factures est créé (découvrez ce que sont les cercles ici). Roseline répond à l’appel aux volontaires et passe ainsi en « coolisses ». Autrement dit, ses services ne se déroulent plus en magasin. Ils sont comptabilisés par ses actions au sein du cercle facture (lui-même rattaché au cercle gestion administrative et financière).

Néanmoins, Roseline continue à assurer bénévolement quelques services en magasin, afin de suivre les évolutions et ne pas oublier le fonctionnement.

Le cercle facture

Son objectif est de vérifier les factures afin de les envoyer au comptable de Supercoop, ce qui permet à la coopérative de récupérer la TVA.

Au départ, le cercle fonctionne en binômes. Cela est rassurant et convivial. Puis, notre logiciel Odoo se développe. Le cercle commence à l’utiliser, ce qui permet une simplification des tâches. Par conséquent, il n’est plus nécessaire de travailler par binômes. Cette évolution permet également un allègement de la charge de travail. Le cercle passe de huit à trois membres à ce jour.

Chaque membre assure une semaine, en rotation.

Les missions

Mission principale

En coulisses se déroulent beaucoup de tâches totalement invisibles depuis le magasin. En fait partie le paiement des fournisseurs et fournisseuses. Le processus est le suivant :

Les producteur·rice·s envoient les factures, électroniques (majoritairement) ou papier (pour quelques-un·e·s). Il faut ensuite les créer sur notre logiciel Odoo, en tenant compte des avoirs, de ce qui a réellement été livré en magasin (afin de ne pas payer des produits que nous n’avons jamais reçus), etc. Cette tâche incombe aux cercles des achats. Ensuite, le cercle facture intervient.

Il lui faut vérifier que chaque facture créée contient les bonnes données : la date d’échéance de paiement, le montant de la TVA…

Cette mission est la principale. Et pour cause, c’est la plus longue ! Elle dure parfois deux heures entières chaque semaine !

Missions secondaires

Puis les membres du cercle vérifient les paiements à la commande. Il s’agit des fournisseur·euse·s payé·e·s par prélèvement. Il faut contrôler qui a été payé et si les montants des paiements sont corrects.

Enfin, le cercle scanne et envoie par courriel les factures papier aux cercles achats. Il archive également les bons de livraison.

Les classeurs de rangement
Les classeurs de rangement

Le passage en « coolisses »

Roseline a aimé changer de mission. Pour elle, intégrer le cercle facture était une continuité de son rôle de Super-caissière (rôle qui, par ailleurs, a aujourd’hui disparu avec l’évolution de Supercoop). Ce changement n’a pas modifié sa vision de Supercoop, mais son relationnel. Elle se sent investie plus intensément dans le projet.

Elle continue d’occuper cette fonction car elle constate la difficulté de trouver des remplaçant·e·s. Elle regrette qu’avec ce rôle, elle perde un peu de la convivialité qui règne en magasin. En effet, elle travaille seule, bien qu’au sein d’un cercle.

Cependant, Roseline a une conscience accrue de la nécessité de cette tâche. De surcroît, cette dernière lui permet de choisir ses horaires au sein de la semaine dont elle est responsable. En raison de ses engagements professionnels, cette adaptabilité lui est précieuse.

« Il vaut mieux donner de son temps dans un acte citoyen qui peut changer la société plutôt que de se plaindre. »

Roseline, coopératrice

Un lieu qui tient à cœur

Alors que Roseline apprécie les autres enseignes indépendantes, rien n’est comparable à Supercoop.

C’est le seul magasin où elle n’a pas le sentiment d’avoir un statut de cliente même quand elle vient remplir son panier et passer à la caisse. La notion de clientèle se dissipe, la distance entre client·e et magasinier·ère s’estompe dans le collectif. Roseline n’a pas la sensation de faire ses courses. Au contraire, il s’agit presque d’un hobby. La richesse de ses rencontres ne s’épuise pas.

D’ailleurs, l’offre de Supercoop est unique : Roseline ne s’imagine pas aller autre part. Elle ne retrouverait plus ses produits favoris, encore moins à des prix aussi compétitifs.

Ainsi, Roseline a atteint son objectif citoyen, le défi qu’elle s’était lancé après sa séance de cinéma de 2015 : ne plus aller dans des magasins « classiques », hormis pour des achats spécifiques et ponctuels.

Un engagement citoyen

Pour Roseline, Supercoop est un lieu de vie, une nouvelle histoire, une innovation citoyenne. Avant d’intégrer la coopérative, elle avait l’impression que seules les ONG pouvaient accomplir des actions utiles, que c’était hors de sa portée. Sa vision s’est altérée depuis. Elle constate qu’il n’est pas nécessaire d’aller à l’autre bout du monde pour aider, quelques citoyen·ne·s peuvent changer le monde. Elle s’épanouit dans cet engagement, qui passe par une autre voie qu’un vote tous les cinq ans.

« Les choses les plus petites peuvent devenir les plus grandes à l’arrivée. »

Roseline, coopératrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.