Elisabeth François – Femme Actuelle

Par Jacqueline

Elisabeth François crée en 2014, ToutNetEco, le 1er nettoyant écologique 5 en 1, responsable et solidaire, Made in Bordeaux et distribué par le groupement d’achats de Supercoop.

Elisabeth-Francois-ToutnetEco

Rencontre d’une femme sans influence.
La jolie quarantaine, les cheveux blonds, les yeux bleus, un pull à col roulé rose, c’est délicatement que Elisabeth François est entrée dans ce café, place St Michel à Bordeaux, où nous avions rendez-vous. Deux chocolats chauds, s’il vous plaît !

Si d’aucuns ont commencé dans un garage, c’est dans sa cuisine qu’Élisabeth fit ses débuts d’alchimiste. Suite à la lecture du ticket de caisse des courses relatives aux produits d’entretien qu’elle venait d’acheter, elle se dit mais « pourquoi si chers et pourquoi si nombreux ? ». Le marketing des lessiviers a façonné notre imaginaire de la maison en dissociant complètement le monde de l’alimentation de celui de la propreté corporelle. On ne nettoie pas ses toilettes avec le même produit que celui destiné à la vaisselle, assènent-ils.

Elle décide, alors, de lire les longues étiquettes décrivant la composition des produits et là, stupéfaction, elle s’aperçoit que les molécules chimiques correspondent à des molécules naturelles. Elle se tourne vers les produits écologiques mais, son petit porte-monnaie ne lui permet pas d’acheter ces nombreux produits.

Élisabeth n’est pas née dans les beaux quartiers, elle a du apprendre très vite et très tôt, à se débrouiller avec ce qu’elle avait, c’est-à-dire pas grand chose.

Une enfance heureuse mais jalonnée de Do It Yourself , de « fait maison », la conforte dans l’idée de créer, elle-même, un seul produit ménager écologique polyvalent.

Fin de la saison 1

Une période d’essais de 8 mois.
Elle s’attache, tout d’abord, à composer un produit pour le lave-vaisselle, mais après 8 mois de tests infructueux, elle admit que le produit vendu en grande surface était plus efficace. Mince alors, tout ça pour rien ! C’est alors qu’en plongeant son éponge dans la dernière potion, elle essuya son plan de travail et là Euréka ! Le plan de travail était nickel, ainsi que tout ce sur quoi elle essaie son produit.

8 mois d’assemblages divers et variés pour trouver la formule magique et économique à base de 5 ingrédients d’origine minérale et végétale. Une quasi gestation pour mettre au monde son bébé : Toutnet Eco.

Atteinte d’une véritable névrose ménagère et fière de sa trouvaille, elle fournit tous ses amis et le milieu associatif gratuitement. Franc succès et grosse fatigue.

Fin de la saison 2.

Un engagement éco-citoyen et social.
Vous vous souvenez « Mini Mir, mini prix, mais il fait le maximum »© ? El

Eh, bien ! Toutnet eco est le nouveau mini Mir mais éco-responsable et solidaire. Un flacon de 750 ml assure le nettoyage d’une maison de 60 m2 pendant un mois. Eco-Responsable car il diminue l’impact des pollutions de l’eau, ainsi que les allergies et solidaire car sur chaque produit vendu, entre 0.50 et 1 € est reversé aux associations locales.

Très vite, compte tenu des commandes qui affluent, le problème de la fabrication et la commercialisation se pose. Elle quitte son emploi stable, investit ses économies, repart durant un an sur les bancs de l’Université et choisit le circuit de l’économie sociale et solidaire pour répondre à la demande toujours croissante.

« J’ai développé ce produit nettoyant naturel, exclusivement en circuit court pour soutenir les entreprises locales et l’emploi sur le territoire et c’est pourquoi, je suis ravie d’être distribuée par Supercoop sur cagette.net car nos valeurs sont les mêmes. Je suis, d’ailleurs, adhérente. ». Désormais, il est commercialisé sur l’ensemble du territoire bordelais.

Volontairement, la fabrication et la distribution sont confiées à l’ESAT Gaillan Richelieu de l’ADAPT à Floirac, « pour accompagner l’emploi durable de ces personnes particulièrement éloignées de celui-ci », affirme –t-elle.

Excellente décision récompensée par le prix « Coup de cœur du jury » de Talence Innovation Sud Développement fin 2015 et adhère à la coopérative d’activité et d’emploi Coop Alpha.

Fin de la saison3.

2017 La fin du début.
Pour répondre aux appels d’offres des collectivités territoriales de plus en plus nombreuses, Il faut désormais produire de façon industrielle car sa capacité de production actuelle ne le permet pas. C’est le souhait le plus cher d’Elisabeth : « Si nous passons à une échelle industrielle, nous permettrons à une équipe de 8 travailleurs en situation de handicap d’évoluer sur une chaine de production, conditionnement, expédition ainsi que dans la gestion d’un site de vente en ligne. » Mais cela nécessite l’investissement de deux cuves pour un coût global de 50 000€. Un an sera certainement nécessaire pour réunir la somme.

Début de la saison 4.

Et si on demande à Élodie pourquoi elle a voulu nous présenter Elisabeth, elle répond : « c’est une bouffée d’air, c’est une self made woman qui donne de l’espoir ». What else ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *