Retour sur la projection de L’Argent dette

Par Stéphanie

Le 15 avril dernier, les Amis de Supercoop organisait la projection privée du film « L’argent Dette« , réalisé en 2006, avant la crise financière de 2008. A la suite de cette projection, un échange s’engage entre le public et les intervenants invités : Jean-Christophe Taddei, professionnel du secteur bancaire et formateur, et Maxime Ghesquière, co-fondateur du Festival de la Monnaie. Ils sont par ailleurs tous les deux adhérents à l’association Les Amis de Supercoop.

Argent-Dette-Projection-Supercoop-Bordeaux-03

La conversation s’ouvre sur une mise en perspective des propos du film par rapport à la crise de 2008 qui a porté à la connaissance du grand public ce système d’argent dette et ses dérives. Dans l’urgence, les états ont réinjecté de l’argent dans les banques pour éviter un effondrement global. Dans un deuxième temps, elles ont tenté de sécuriser le système en contraignant encore plus les banques (les différentes réformes Bâle), mais c’est extrêmement compliqué. Ça a résolu partiellement cette crise, mais il est peu sûr que ça résoudra les crises futures. Aujourd’hui, 95% de l’argent circule uniquement pour la spéculation, on vit dans un monde très spéculatif avec beaucoup de liquidités, l’argent est très concentré. Nous évoquons les révolutions industrielles d’hier, qui ont bénéficié de ce système permettant de libérer les énergies entrepreneuriales à coups d’investissement massifs. Maintenant, il est important de mesurer et de communiquer sur ce qui se développe en réaction comme le shadow banking : des acteurs sont capables de prêter sans les contraintes imposées par les banques. Le crowdfunding fait partie de ces alternatives.

Afin de renseigner plus précisément les citoyens, il a été créé le Festival de la monnaie, qui consiste en un cursus d’information sur la monnaie. L’idée s’est inspirée du besoin d’informer le public sur les mécanismes monétaires. Pour résoudre nos problèmes sociaux ou environnementaux, force est de constater que les réflexions sur ces thèmes nous conduisent toujours aux mêmes causes : la dépendance aux paradigmes économico-financiers.

Après quelques instants de pose, chacun a pu lister de façon spontanée :

  • Les solutions appliquées au quotidien : troc, échange, don, monnaies locales, Supercoop, résistance, association, sensibilisation, proximité, recyclage, SEL, AMAP, pédagogie, TRM (théorie relative de la monnaie), LINUX, FRAMASOFT, Enercoop, scénario négaWatt, covoiturage, humanisme, partage, Terres de liens, jardins partagés, potagers urbains, Colibris, Bordeaux en transition, MFRB (Mouvement français pour un revenu de base), Nuit debout, Médecins du monde, Coopératives intégrales, Sociétés primitives, etc.
  • Nos inspirateurs : Rob Hopkins, Patrick Viveret, Naomi Klein, Pierre Rabbhi, René Dumont, Gandhi, Serge Latouche, Etienne Chouard, Stéphane Laborde, Stéphane Hessel, Gérard Foucher, Edgard Morin, Jacques Ellul, Albert Jacquard, Théodore Monod, Pascal Canfin, Olivier De Schutter.
  • Notre impression de la soirée : expérimentation, trop court, motivation, éveil, compréhension, espoir, point de vue, comprendre, magie du groupe (et de l’apéro).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *